La langue de La Fontaine

La langue de La Fontaine
 

La langue de La Fontaine, et plus généralement la langue française telle qu'elle est écrite et parlée au XVIIe siècle, diffère radicalement de celle que nous utilisons aujourd'hui. Il s'agit encore d'une langue "pré-moderne", en pleine évolution, qui se met en place par le biais de l'Académie française notamment, créée par Richelieu en 1635. L'Académie étant une institution faisant autorité en matière de langue, elle entreprend de se doter d'un dictionnaire de la langue française qui paraîtra en 1694. Toujours au XVIIe siècle, Antoine Furetière, élu à l'Académie en 1662, rédigea son propre Dictionnaire Universel qui parut en Hollande en 1690. Autant dire que la langue de La Fontaine n'est pas une langue "stabilisée" dans le sens où sa compréhension par un lecteur contemporain pose bien des difficultés sur le plan de la syntaxe, du lexique et de l'orthographe. C'est une langue qui regorge de mots vieillis et de "faux amis".

La Fontaine s'est beaucoup inspiré d'Esope, un  fabuliste grec des VIIe-VIe siècle av. J-C à qui l'on attribue quelques centaines de fables qui furent connues dès le Ve siècle. En guise d'introduction aux six premiers livres de ses Fables, parus en 1668, La Fontaine a écrit "La vie d'Esope le Phrygien".

Pour approfondir la lecture des "Fables" de La Fontaine, on peut se reporter au Dictionnaire universel de Furetière ou pour une consultation plus aisée, au Dictionnaire de la langue française d'Emile Littré qui s'appuie en grande partie sur les Fables de La Fontaine, en expliquant les locutions et les termes anciens.

Je vous propose, toutefois, du vocabulaire issu des Fables (mots anciens, expressions anciennes, références à la mythologie et à l'Antiquité) qui facilitera la compréhension des textes. Vous le trouverez dans la rubrique "Vocabulaire des fables".

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×