Pierre-Auguste Renoir

                                     Pierre-Auguste Renoir ( 1841-1919)

"Un matin, l'un de nous manquant de noir, se servit de bleu : l'impressionnisme était né". (Renoir)

                                 

                              Portrait de Renoir par Frédéric Bazille - 1867

Pierre Auguste Renoir dit Auguste Renoir est né le 25 février 1841 à Limoges. Son père, Léonard Renoir, était tailleur et sa mère, Marguerite Merlet était couturière. 

En 1844, la famille Renoir déménage pour vivre à Paris. 

En 1854, Auguste Renoir  entre dans l'atelier de porcelaine Lévy Frères et Compagnie en qualité d'apprenti ; il a 13 ans. (Peintre sur porcelaine était un métier très fréquent à Limoges à cette époque car il y avait beaucoup de fabriques de porcelaine). Il y apprend la décoration des pièces et suit parallèlement des cours de dessin à l'Ecole de Dessin et d'Arts Décoratifs. Renoir adorait dessiner et copier sur de la vaisselle des tableaux de peintres célèbres comme Fragonard et Boucher, des maîtres du 18è siècle. 

En 1858, Renoir peint des éventails pour gagner sa vie. 

En 1862, il réussit le concours d'entrée à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris et entre dans l'atelier de Charles Gleyre. C'est là qu'il rencontre Claude Monet, Frédéric Bazille et Alfred Sisley. Une véritable amitié va se nouer entre eux. Renoir suivra ses amis pour peindre en plein air dans la forêt de Fontainebleau entre 1863 et 1865. Ensemble, ils s'amuseront beaucoup dans les guiguettes des bords de la Seine.

Plus tard, se souvenant de ces années, il expliqua à son fils que "ce furent les couleurs en tube, facilement transportables, qui leur avait permis de peindre complètement sur nature. Sans les couleurs en tube, pas de Cézanne, pas de Monet, pas de Sisley, pas de Pissaro, pas de ce que les journalistes devaient appeler l'impressionnisme".

En 1864, Renoir quitte les Beaux-Arts. Il fait la connaissance de Diaz de la Pena qui lui conseille de peindre "moins noir".

        

                                      La grenouillère - 1869

En 1870, la guerre est déclarée entre la France et l'Allemagne, son ami Frédéric Bazille se fait tuer et sa compagne Lise Théhot,  son modèle préféré à ses débuts avec qui il a eu deux enfants, le quitte. Il avait exécuté une vingtaine de portraits d'elle, dont le plus célèbre "Lise à l'ombrelle".

         

        Frédéric Bazille peignant - 1867                    Lise à l'ombrelle - 1867         

En 1876, Renoir installe son chevalet pendant plusieurs mois dans cette célèbre guinguette de Montmartre, le Moulin de la Galette, pour y peindre les danseurs qui virvoltent sous les arbres : "le Bal du Moulin de la Galette" est un de ses chefs-d'oeuvre impressionnistes les plus célèbres. Le tableau sera acheté par Gustave Caillebotte, membre et mécène du groupe des impressionnistes.

       

                               Le Bal du Moulin de la Galette - 1876

                              

                                           La balançoire - 1876

Renoir expose avec les impressionnistes jusqu'en 1878 mais ses toiles ne se vendent pas et il vit dans la misère. Il décide alors de revenir au Salon officiel qui est pour lui la seule voie possible pour connaître le succès.

Grâce à Marguerite Charpentier et à son époux, éditeur, Renoir est introduit dans le milieu de la riche bourgeoisie et devient un portraitiste à succès. Au Salon officiel de 1879, ce portrait de "Madame Charpentier et de ses enfants" fait un triomphe.

           

                    Madame Charpentier et de ses enfants - 1878

Renoir réalisera, par ailleurs, beaucoup de portraits de fillettes, y compris celles de ses amis impressionnistes.

    

       Fillette à l'arrosoir - 1876                  Les enfants de Caillebotte - 1895

         

        L'Enfant au fouet - 1885                     Julie Manet au chat - 1887

En 1880, Renoir rencontre Aline Charigot, une jeune couturière qu'il épousera en 1890 et avec qui, il aura trois fils : Pierre né en 1885, Jean  né en 1894 et Claude né en 1901. La famille est pour Renoir une inlassable source d'inspiration. Aline apparaîtra souvent dans ses toiles.

   

Portrait d'Aline -1885             Gabrielle et Jean -1895           Claude Renoir jouant - 1908

La même année, Renoir peint une oeuvre majeure le "Déjeuner des canotiers" exécutée sur la terrasse du restaurant Fournaise à Chatou. Est-ce la parfaite réussite du Déjeuner qui fit croire à Renoir qu'il ne pourrait plus dès lors que se répéter ? Il expliqua plus tard : "Il s'est fait une cassure dans mon oeuvre. J'étais allé jusqu'au bout de l'impressionnisme".

  

                                  Déjeuner des canotiers - 1881

Vaguement déprimé, Renoir partira en voyage en Algérie où il séjourna la première moitié de l'année 1881. La lumière du Maghreb l'inspira. Renoir voyagea par la suite, dans le sud de la France et en Italie.

       

                  Champ de bananiers - 1881

En 1881, âgé de quarante-ans, Renoir avait toujours l'impression qu'il ne savait pas peindre, ni dessiner. Il eut alors envie de changer sa manière de peindre et de rivaliser avec les grands chefs-d'oeuvre classique, recherchant un nouveau style, différent de celui de l'impressionnisme (un style plus classique ).

Cela ne ralentit pas, pour autant, la créativité artistique de Renoir qui continue de peindre abondamment. Renoir qui affectionnait la danse peint une série de trois tableaux sur ce thème. En comparant les deux premières toiles, nous observons un changement radical d'atmosphère. La gaieté de la danse à la campagne s'oppose à l'élégante retenue des danseurs urbains et la froideur du salon dans lequel ils évoluent.

   

  Danse à la campagne - 1883              Danse à la ville - 1883

                                          

                                                             La danse à Bougival - 1883

En 1884/1885, il peint Les Grandes Baigneuses (la période ingresque de l'artiste), une peinture qui s'inspire d'une sculpture du parc de Versailles, d'Ingres, un grand peintre du 19è siècle et des fresques de la Renaissance italienne. Renoir a travaillé pendant trois ans sur ce tableau, faisant de nombreux dessins préparatoires à la mine de plomb, à l'encre, à la craie ou à l'aquarelle. En voyant la  toile qui n'a pas eu beaucoup de succès à l'époque, Durand-Ruel (un marchand de tableaux avec qui Renoir était en affaires) lui demanda de revenir à un style moins sévère et moins froid. C'est ainsi que Renoir a cherché à concilier l'art des maîtres anciens et une palette plus douce qui lui permettra de connaître un grand succès.

    

                           Les Grandes baigneuses - 1884/1885

Dans la deuxième partie de sa carrière, Renoir peint avec des couleurs pastel et un style léger. Renoir aime la musique. Il se passionne au début des années 1890 pour les jeunes filles jouant du piano, et peint plusieurs tableaux sur ce thème qu'il avait déjà exploité quelques années auparavant.

   

             Femme au piano - 1876                  Jeunes filles au piano - 1892

                    

                      Femme jouant de la guitare - 1897 

     

                  Yvonne et Christine Lerolle au piano - 1897

Renoir continue à la fin de sa vie à peindre des nus féminins, mais dans un style différent de celui des Grandes Baigneuses de 1884/1885 : les couleurs sont plus chaudes, le dessin moins affirmé...

       

                                                       Les baigneuses - 1918/1919

En 1902Renoir part vivre avec Aline et leurs trois garçons dans la maison les "Collettes" achetée à Cagnes dans le Midi. Renoir va peindre beaucoup de paysages. Le climat lui convient mieux, il souffre en effet de crises aiguës de polyarthrite qui se seraient déclenchées à la suite d'une chute en bicyclette. 

     

                            Terrasses à Cagnes - 1905

Renoir est devenu très célèbre et reçoit la visite de grands artistes dont certains collectionnent ses oeuvres. 

En février 1919, il est promu Commandeur de la légion d'honneur. Sa toile "Madame Georges Charpentier et ses enfants" est exposée au Louvre. Renoir est heureux. Il se rend à Paris pour visiter le musée et revoir cette toile, témoignage  d'un passé difficile pour les impressionnistes. Il est reçu comme "un pape de la peinture".

Avant sa mort en 1919, alors que ses crises de polyarthrite le faisaient souffrir, il dit à Matisse : "La douleur passe, mais la beauté demeure"!  Puis, obligé d'être alité en raison d'une congestion pulmonaire, il demanda pour la dernière fois à son infirmière, des pinceaux et une toile pour peindre le bouquet de fleurs qui se trouvait sur le rebord de la fenêtre de sa chambre et déclara : "Je crois que je commence à y comprendre quelque chose...".

Renoir décèda le 3 décembre 1919 à l'âge de 78 ans. Il repose au cimetière d'Essoyes, le village natal de sa femme Aline Charigot, dans le département de l'Aube. 

En soixante ans, Renoir a peint plus de 6000 tableaux soit l'équivalent des oeuvres de Manet, Cézanne et Degas réunis !

Pour Renoir : "un tableau doit être une chose aimable,  joyeuse et jolie, oui  jolie ! Il y a assez de choses embêtantes dans la vie pour que nous n'en fabriquions pas encore d'autres".

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site